Imen : “Un départ ça se prépare”

Préparation et organisation, c’est les mots qui pourraient ressortir de cet entretien avec Imen. Expatriée avec son mari et ses deux enfants à Dubaï depuis l’été 2022 c’est un témoignage plein de bons conseils et de vérités sur la ville star des Emirats.

Avant le départ :

Peux-tu nous parler de ton parcours (ou le parcours familial) avant de venir vivre aux Émirats ?

Je m’appelle Imen et j’ai deux enfants. Je suis née et j’ai grandi toute ma vie en France (dans diverses régions) et il en est de même pour mon époux. Nous sommes d’origine tunisienne.

Qu’est-ce qui t’a motivé à partir ?

Cela faisait depuis 2017 que nous souhaitions partir pour offrir de meilleures conditions de vie à nos enfants, ainsi que pour nous-mêmes, dans un pays musulman ou à défaut muslim-friendly.

Nous vivions en petite couronne de Paris. Bien entendu, au-delà de la volonté de pratiquer plus sereinement notre religion, le climat était de plus en plus délétère d’année en année en France, cela en devenait une urgence pour notre foi, nos enfants et notre bien-être. La qualité de vie aussi se dégradait : insécurité, villes de plus en plus sales, hausse des prix, difficultés à se loger même avec des salaires corrects.

Pourquoi avoir choisi les Émirats plutôt qu’un autre pays ? Et pourquoi Dubaï plutôt qu’une autre ville des Émirats ?

C’est Allah qui a choisi pour nous les Émirats el hamdulIllah et cela nous convient très bien car nous y sommes venus à plusieurs reprises en vacances et je trouve que c’est un bon compromis géographique, religieux, qualité de vie, etc.

De base, mon mari qui est consultant en informatique faisait les causes dans plusieurs pays depuis plusieurs années : Arabie Saoudite, Malaisie, Qatar, Turquie, Emirats, Singapour, Tunisie, Oman, Angleterre… Même Maroc qui n’est pas notre pays d’origine, on aurait accepté. On étudiait aussi bien les opportunités de salariat que d’entreprenariat. Nous avions établi un tableau Excel avec le budget nécessaire pour chaque pays.

Entre temps, il y a eu le Covid qui a tout ralenti mais el hamdulliLah, cela a été un bienfait pour beaucoup in fine car cela a ouvert plus d’opportunités de travail en distanciel, aussi bien à son compte qu’en tant que salarié. Les gens sont devenus moins frileux à travailler avec quelqu’un qui se situe ailleurs dans le monde.

Sinon, pourquoi Dubaï ? Tout simplement car la boîte de mon mari se trouve à Dubaï et l’école qui convenait le plus à mes enfants était à Dubaï. Cependant, initialement, on avait aussi étudié le fait de s’installer à Sharjah pour le côté religieux et le prix des loyers.

Par quel biais t’es-tu informée sur le pays avant de venir ?

Je connaissais Dubaï depuis 2011 et nous y sommes allés souvent, donc on connaissait déjà très bien. Concernant la vie pratique, on a surtout interrogé des connaissances qui avaient à peu près le même profil et même mode de vie que nous et qui vivaient déjà à Dubaï. Sinon, on a aussi beaucoup regardé les loyers sur des sites comme Dubizzle, Bayut…, les sites et comptes Instagram officiels des Émirats (pour être sûrs d’avoir des informations à jour). Pour les écoles, on regardait le site Edarabia, KHDA et on allait directement sur le site des écoles pour avoir les tarifs.

Je suivais aussi sur Instagram quelques sœurs qui vivaient aux Émirats (je les remercie pour leurs partages). Toutefois, un conseil : toujours regarder les informations à la source ; une vérité en 2021 peut ne plus être vraie en 2022. Tout peut évoluer très vite : prix, loyers, procédures, visas, frais, taxes…

Un exemple, beaucoup sont venus entre 2020 et fin 2021, on lisait beaucoup que les loyers sont négociables, qu’on peut payer en plusieurs fois donc on regardait les annonces en comptant un peu sur cela. Or, quand nous sommes arrivés, ce n’était plus du tout le cas, pas de marge de négociation et la possibilité de payer le loyer en plusieurs fois était vraiment très limitée. En effet, entre temps le marché de l’immobilier a repris, beaucoup de propriétaires louaient à perte suite au Covid ; dès la reprise, les loyers ont augmenté et c’est l’offre et la demande qui jouent : donc on donne au plus offrant. Après je parle de Dubaï et tout dépend si le quartier/l’immeuble est demandé. Il était possible de négocier uniquement dans les quartiers les moins demandés, les immeubles les moins entretenus ou donnant sur des autoroutes, donc avec pas mal de bruit.

L’installation, vie professionnelle et quotidien :

Comment se sont passés ton installation et tes premiers mois aux Émirats ?

Nous sommes arrivés en juillet 2022. Nous sommes restés presque 3 mois dans un appart hôtel, le temps que mon mari ait son ID. L’ID permet par la suite d’avoir un compte bancaire et un chéquier pour louer un logement et réaliser toutes les démarches qui s’ensuivent. Les délais ont été plus longs que prévu mais el hamdulliLah. On en a profité pour visiter les différents quartiers, repérer tous les magasins de meubles pour gagner du temps au moment venu. L’école était déjà choisie depuis la France, ainsi on a visité les quartiers en fonction de la localisation.

Une fois qu’on a l’ID, tout va très rapidement et cela est un bienfait el hamduLilah. On a pu enchainer des visites de logements, signer et s’installer rapidement. Ici, pour les emménagements, si on a l’argent, tout peut se faire très vite entre la signature du bail et les achats de meubles et électroménager. On vient tout nous installer et souvent c’est compris dans le prix d’achat ou à prix modique (comme Ikea).

Qu’est-ce qui t’a semblé le plus dur en arrivant ?

A part la chaleur étouffante (mais j’étais prête psychologiquement) et l’attente de l’ID, j’ai envie de dire pas grand-chose car on a vraiment eu l’opportunité à un moment où nous avions le cœur extrêmement oppressé en France.

Finalement, le soulagement et le bienfait d’être ici a été plus grand et on l’a très bien vécu. Je sais que pour d’autres cela a été plus compliqué les premiers mois mais on a tous un ressenti, un vécu et des paramètres différents. Peut-être que le fait qu’on connaissait très bien Dubaï faisait qu’on était prêts psychologiquement aux qualités et défauts du pays. On est de nature très terre-à-terre et on n’idéalisait pas le pays. Finalement, on s’y sent encore mieux qu’on le pensait grâce à Allah.

Le coût de la vie te semble-t-il plus élevé qu’en France ?

Je vais être honnête : si on compare stricto sensu, c’est un grand OUI, la vie est plus chère ici.

Toutefois, je vais relativiser, le système des Émirats et de la France sont tellement différents que c’est difficilement comparable. Pour réellement comparer, cela dépend où on vivait aussi en France et comment on vivait : HLM ou non, aides sociales ou non, vie dans une ville chère ou non, taux d’imposition (qu’on soit entrepreneur ou salarié)… Ici, tous ces paramètres n’existent pas, on a notre revenu brut sans impôts et il nous appartient de gérer notre budget et de tout payer de notre poche : santé, école, pas d’aides sociales…

De plus, concernant les loyers, même s’ils peuvent sembler élevés de prime abord, il y en a pour toutes les bourses et ils offrent souvent de meilleures commodités : plus de superficie, piscines, aires et/ou salles de jeux, conciergerie, sécurité, salle de sport… Je ne parle même pas du bienfait de la proximité des mosquées. Un tel confort en France serait hors de prix alors qu’ici c’est possible sans même viser des immeubles ou des quartiers hauts de gamme.

Sinon, concernant les courses, ici il y a des choses plus chères et des choses moins chères donc cela s’équilibre et pour les restaurants, c’est plus accessible ici à mon sens car il y en a vraiment pour tous les budgets.

Est-ce toi ou ton époux qui travaille (ou les deux) ?

C’est mon époux qui travaille, il est consultant en informatique dans une boîte de logiciels (comme beaucoup de frères ici ma sha Allah).

Comment a-t-il trouvé ce job ?

Il a trouvé son job sur Linkedin. Il a passé plusieurs entretiens à distance qui ont abouti positivement grâce à Allah. L’anglais courant est indispensable et le fait qu’il parle arabe couramment aussi a été un plus.

Cliquez ici pour découvrir certains des secteurs qui recrutent le plus aux Emirats.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Une ville incroyable : 9 choses qui m’ont surpris à Sharjah !

Quelles sont les différences au quotidien dans le fait de faire ce boulot ici plutôt qu’en France pour lui ?

Pour lui, il n’y a pas de grosses différences finalement car son travail est essentiellement en home office et il travaille avec des personnes à l’international, ce qui était déjà le cas avant. Il travaille dans un secteur assez tolérant par rapport à la religion. Donc il pouvait déjà prier à l’heure, aller à la mosquée, etc.

Cependant, le cadre de travail dans le 93 et à Dubaï, ce n’est pas du tout le même el hamdullilah, je n’ai pas besoin de faire de dessin.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui cherchent du boulot aux Émirats ?

La base de la base déjà c’est l’anglais, n’hésitez pas à apprendre l’anglais professionnel. N’hésitez pas non plus à vous servir de tous les leviers de formations en France pour obtenir des diplômes, des équivalences de diplômes via des VAE ou des formations certifiantes dans des secteurs recherchés.

Sinon, pour la recherche en soi, au-delà des sites comme Gulftalent, Monstergulf, Bayt… et la mise en place d’alertes, peaufinez bien votre Linkedin et soyez-y actifs et pro-actifs. N’attendez pas juste une annonce pour postuler. Discutez et contactez des responsables et des personnes qui ont le même profil que vous. Ils peuvent penser à vous une fois qu’un poste qui correspond à votre profil se crée avant même la publication de l’annonce.

Si vous ne savez pas par où commencer pour faire votre CV anglais adapté aux pays du Golfe, il y a des professionnels qui peuvent vous aider. Pour notre part, mon mari a participé à une masterclass de Fabienne Chauvin des Frenchies pour l’emploi. Elle est spécialisée dans le recrutement dans les pays du Golfe. Sinon, le dernier conseil est de ne pas se fermer à un seul pays mais plus viser une zone géographique, c’est Allah qui donne ce qui est le mieux pour nous et il n’y a rien à perdre à postuler un peu partout même si cela peut être décourageant parfois de ne pas avoir de retours positifs rapidement.

As-tu des enfants ?

J’ai deux enfants : un en maternelle et un en primaire.

Comment se sont-ils adaptés à la vie ici ?

Vu leur jeune âge et vu le côté hyper kids-friendly des Émirats, el hamdullilah ils sont comme un poisson dans l’eau ici et se sentent vraiment épanouis. Ils se sentent mieux ici qu’en France. Le plus compliqué, c’est pour le plus grand pour l’apprentissage de l’anglais car on ne l’a pas mis dans une école française mais il est tellement heureux d’aller à l’école et on sait qu’avec le temps, il apprendra in sha Allah. D’ailleurs, pour ceux qui préparent leur hijra en amont, il ne faut pas hésiter à faire prendre des cours d’anglais aux enfants pour qu’ils aient un minimum de vocabulaire lors de leur arrivée.

Quels sont les principaux avantages pour eux liés à leur vie ici selon toi ?

Je ne saurais dénombrer les avantages tellement il y en a el hamdulliah. Donc en vrac : la religion bien-sûr, la possibilité d’être fiers d’être musulmans sans se cacher, des aires de jeux et parcs sécurisés et propres partout, un environnement kids-friendly, la possibilité d’avoir des amis de nationalités du monde entier…

Aujourd’hui, qu’est-ce que tu aimes le moins dans ta vie ici ?

Je trouve Dubaï trop tolérant sur certaines choses : tenues, alcool (même si c’est hyper réglementé). Le réseau de transports en commun est très moderne mais peu développé pour une aussi grande ville même s’il y a des projets en cours. Les détours et demi-tours qu’on doit parfois faire pour aller d’un point A à un point B pourtant très proches.

Qu’est-ce que tu aimes le plus ?

Sans parler de la religion omniprésente, c’est le côté international. On côtoie vraiment toutes les nationalités et de ce fait, on ne se sent pas étrangers vu qu’on est tous « étrangers » finalement. Je me sens bien ici en tant que femme, je trouve qu’on y est plus respectée que dans beaucoup d’autres pays contrairement à ce que peuvent raconter certains médias ou certaines rumeurs. J’aime aussi le climat et cette sensation d’être en vacances toute l’année même si en contrepartie on a la grosse chaleur d’été qui est très forte et étouffante el hamdulillah.

As-tu un endroit particulier que tu aimes énormément ? 

Très difficile à choisir donc je vais plutôt dire ce que j’aime énormément c’est la mer, le désert, les buildings, les montagnes le tout dans un rayon d’1h max de la maison. Ainsi, dans une petite superficie, on peut alterner entre plein d’ambiances différentes et bénéficier de sorties gratuites ou peu coûteuses variées sans jamais s’ennuyer.

Beaucoup de frères/sœurs sont très critiques vis-à-vis du côté bling bling ou cher de Dubaï, qu’en dis-tu ?

On ne va pas se mentir, Dubaï c’est cher. Après, beaucoup s’installent ici car on est gagnants. En tant que salarié on peut doubler et tripler son salaire de France facilement dans certains secteurs. Pour les entrepreneurs, ils ont l’opportunité de toucher leurs bénéfices nets, donc pour beaucoup c’est une aubaine el hamdulillah vu le taux d’imposition en France. Beaucoup aussi vivent vraiment très simplement et se contentent du minimum, c’est aussi possible dans une certaine mesure.

Par ailleurs, pour ma part, si un frère ou une sœur a de très bons revenus, je leur dis « qu’Allah leur en donne encore et encore plus ». Beaucoup sont très critiques envers ceux qui ont des revenus corrects grâce à Allah sous entendant que « ce n’est pas cela la hijra », « vous êtes riches pour vivre ici etc. ». On ne voit pas toujours le travail, les efforts, les sacrifices, les choix qu’il y a derrière.

Concernant le coté bling bling de Dubaï, oui il existe, c’est aussi ce qui leur rapporte de l’argent et permet de développer le pays. Toutefois, c’est loin d’être le seul mode de vie ici et, en général, on ne côtoie pas les mêmes lieux. La majorité des gens vit sa petite routine normale et très simple loin de tout cela ; ce sont des mondes qui vivent ensemble mais se côtoient peu. Il y en a vraiment pour tous les goûts ici.

Il faut savoir qu’ici, même dans les quartiers les plus « bling-bling » et occidentalisés de Dubaï (qui restent la minorité ici), il y a : des mosquées, des salles de prières partout, interdiction de boire de l’alcool dans l’espace public, des femmes qui se promènent en niqab sans être inquiétées par la police, etc. Donc même le « pire » quartier de Dubaï sera toujours meilleur que le quartier de France comptant le plus de salafis au km2 dans la mesure où le gouverneur est musulman et c’est l’Islam qui prédomine aux Émirats.

Pour être honnête, ceux qui critiquent Dubaï, alors qu’ils glorifient la France et s’y complaisent : next… Je ne parle pas bien entendu de ceux qui n’ont pas eu l’occasion de partir, qui n’osent pas partir ou de ceux qui ont fait le choix d’autres pays musulmans mais bien de ceux qui passent leur temps à rendre mécréants des pays musulmans en pensant qu’en France on est mieux niveau religion.

Enfin, quels conseils donnerais-tu à ceux qui aimeraient venir vivre aux Émirats ?

Je conseille avant tout de faire un vrai budget prévisionnel, d’avoir une certaine somme de coté et d’avoir un revenu stable. La 1ère année est très coûteuse : coût du visa, frais administratifs, dépôt de garantie du logement, frais d’agences, taxes diverses, achats de meubles …. Si vous prenez une assurance santé, il faut le compter dans le budget et cela a un certain coût. Si vous n’en prenez pas, prévoyez une enveloppe « santé » au cas où car cela peut monter très vite.

Je sais qu’on pense tous différemment. Certains vont dire : mets toutes tes économies dedans, part et remets-en toi à Allah. Pour ma part, je suis plus mesurée, surtout si on a des enfants. J’ai envie de dire : étudie avant tout minutieusement si ce pays te convient pour une hijra, fais les causes de subsistance et remets-en toi à Allah.

Le niveau de vie est beaucoup plus élevé que dans certains pays et la terre d’Allah est vaste, beaucoup passent par d’autres pays plus accessibles financièrement, se forment, font évoluer leurs projets avant de venir ici.

Pour résumer, je serais plus modérée et je dis que les Émirats c’est plus accessible qu’on le pense el hamdullilah, surtout si une vie simple nous suffit. Donc ne pensez pas que c’est inatteignable ;  cependant le coût de la vie y est élevé en comparaison à d’autres pays musulmans donc il faut étudier son projet en tenant compte de cela.

Qu’Allah te préserve.

Laisser un commentaire